Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bien utiliser les feuilles de gélatine .

Publié le par Coquelikosafrane


Dans pas mal de recettes on les retrouve mais comment s'en servir facilement ?

Rien de bien compliqué :

* Une feuille de gélatine pèse : 2 grammes .

* On utilise 4 feuilles de gélatine pour 500 ml de préparation liquide suivant la texture.

* Les faire tremper 10 minutes dans un bol d'eau froide , les essorer un peu dans la main et les incorporer à la préparation ; bien remuer jusqu' à complète dissolution .

* Prévoir 24 heures de repos pour la prise .


Un exemple d'utilisation : clic ici sur ma recette simple .




Publié dans prepbase

Partager cet article
Repost0

Wall du coros de Bormes 2008.

Publié le par Coquelikosafrane



Photomontage du corso de Bormes 2008 .




 

 

Publié dans Mes effets sur images

Partager cet article
Repost0

Bonne St Valentin .

Publié le par Coquelikosafrane

 

 

Get Your valentines-comments Glitters at Glitternation.com


Partager cet article
Repost0

Joli blog culinaire .

Publié le par Coquelikosafrane


J'ai découvert par l'intermédiaire de Jouhayna . un superbe blog culinaire tout en photo et douceur !

Le seul inconvénient c'est qu'il est en anglais mais rien que les photos nous mettent l'eau à la bouche !

Le lien : http://www.mysweetandsaucy.com/ .

Ah , qu'ils sont beaux ces cupcakes ! Tiens c'est marrant je n'ai jamais essayé ! !

Il n'y a plus qu'à !!

Mais bon, pour le moment je n'ai ni les recettes, ni les moules!!



Partager cet article
Repost0

Félicitations !

Publié le par Coquelikosafrane



Pour Laetiti & Math

 et

Pour Audrey & Chris :!!


 (Vous l'avez fait exprès où quoi !!!?? lol ) !




Mommy Graphics

Publié dans Les actus

Partager cet article
Repost0

Fille nightstarry.

Publié le par Coquelikosafrane


Petits essaits de photomontages faits à partir de
ce tuto .


Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net



Une sign-tag : 



Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net



Qu'en pensez-vous ??

Oui, je sais, je viens de m'en rendre compte, je me suis trompé pour l'aspect de la robe sur l'herbe, quelques soucis d'effacement ...

Je ferai mieux la prochaine fois !!




Publié dans Mes effets sur images

Partager cet article
Repost0

Désactiver le déboggeur de script .

Publié le par Coquelikosafrane


Il arrive que certains scripts gênent l'ouverture de certaines pages internet ;

Pour les désactiver, enfin pour virer le débogage de scripts; il faut :

* Une fois IE ouvert ;

* Clic sur  la petite roue dentellée en haut à droite et choisir Options internet ;

* Dans la fenêtre qui s'ouvre ; choisir l'onglet Avancés ;

* Cocher comme ci-sessou: Désactiver le débogage ..

* Appliquer ;

* OK.

 


Partager cet article
Repost0

Nouveaux liens culinaires.

Publié le par Coquelikosafrane



Tout plein de liens de blogs et sites de cuisine et de gourmandise !!

Le lien de mon article : ici .

Bon appétit !!



cuisine.gif


Partager cet article
Repost0

A mes blog adder ..

Publié le par Coquelikosafrane

Partager cet article
Repost0

Les chroniques de Sarah Connor .

Publié le par Coquelikosafrane








Quel nom mythique !!

Vous vous rappellez , hein ??

Il y a déjà quelques temps mais bon  ! notre mémoire n'est peut être plus toute jeune mais ceux de ma génération (virtuelle, non - va vous dit quelque chose aussi ??) se souviennent de la rencontre de cette femme et d'un terminator , incarné par un certain futur gouverneur de Californie !

La trilogie des Terminator s'est terminée sur nos grands écrans mais l'héroïne revient dans une série télévisée.

La série a bien entendu débuter aux USA et a fait un carton , elle est arrivée en France sur TMC tous les jeudis à 20h40.

La série se déroule au moment où Sarah Connor et son fils John cessent de fuir et décide de lancer une offensive contre son ennemi.







Les liens :

*  Sur TMC :  
http://www.tmc.tv/terminator/la-serie.php .

* Sur la Fox :
http://www.fox.com/terminator/ .










 

Publié dans Autres séries

Partager cet article
Repost0

Gaga stéphanois.

Publié le par Coquelikosafrane


On me l'a envoyé par mail ce matin !!



Que de souvenirs au son de ces mots !




Saint-Étienne a ceci de particulier qu’il y existe en plus de la langue francoprovençale qui soi parlée dans la région, un patois local appelé « gaga », encore très vivace bien qu’à proprement parler ce ne soit pas un patois, parce qu’il n’y a pas de grammaire spécifique.

 En revanche, le vocabulaire est plutôt riche, ce à quoi il faut ajouter un fort accent.

Le gaga est donc le parler stéphanois pratiqué à Saint-Étienne et dans sa région.

 Il s’agit avant tout d’un parler populaire, inventif. Un certain nombre de termes prennent leur origine dans le passé industriel de la ville : la mine, la mécanique et le tissage, bien que ces activités appartiennent désormais davantage à l’histoire qu’au présent .

Quelques exemples de mots stéphanois :

• « gaga » : le stéphanois, l’habitant ou la langue

• « beauseigne » : sert à exprimer l’attendrissement, la pitié

• « fouilla » : interjection, exclamation

• « babet » : pomme de pin

• « grolles » : chaussures

• « avoir le babaud » : avoir le cafard

• « coissou » : dernier né de la famille

• « avoir la lourde » : avoir le vertige

• « se mettre en caisse » : se mettre en arrêt maladie

• « niaquer » : mordre pour un animal

• « bugnes » : pâtisserie qui se déguste à mardi gras et pendant la période du car


Gastronomie stéphanoise :

Les Bugnes, s’apparentant aux beignets (que l’on consomme aussi à Lyon).

Le Sarasson : proche du fromage blanc, est tiré du babeurre (petit lait résultant de la fabrication du beurre) par précipitation avec de l’eau bouillante, les grains de sarasson formés sont ensuite récupéré par égoutage. Consommé frais, il est assaisonné aux herbes (ciboulette, éventuellement ail, sel et poivre) et accompagne les pommes de terre cuites à l’eau ou à la vapeur. À Lyon, on appelle alors cette même préparation, mais avec du fromage blanc: la cervelle de canut.

La Rapée : galette de pommes de terre, équivalente à la crique ardéchoise (ou lyonnaise). Dégustée salé et poivré ou plus rarement, avec du sucre ou de la confiture.

La soupe mitonnée : Soupe de légume a laquelle on ajoute du beurre et du pain dur bouilli à feux doux.

La salade de barabans  : Salade de pissenlits avec des lardons cuits.

Le barboton : ragoût de pommes de terre assaisonné avec du laurier et du thym.

Le patia : pommes de terre mélangées avec de la crème et du beurre et cuit pendant plusieurs heures.

Les matefaims : Sorte de crêpe compacte qui à l’origine était fait à partir de la farine de seigle mélangée avec dans de l’eau légèrement salée. Aujourd’hui l’eau est très souvent remplacée par du lait, des œufs sont ajoutés.

Les grillatons : sorte de pâté issu de résidus de gras et de viande cuit à la poêle servit dans des faisselles à fromage.

Côtes du Forez : vin rouges et rosés produit dans sur les contreforts du forez.
 


Publié dans Histoire - Géo .

Partager cet article
Repost0

Rappatrier ses mails en cas de fermeture de son ancienne boîte mail.

Publié le par Coquelikosafrane


Il se peut que son fournisseur d'adresse mail , non pas FAI, juste de boîte, ferme pour diverses causes.

Actuellement c'est Lycos et Caramail . Du coup on se retrouve le bec dans l'eau !


Comment alors rapatrier ses mails sur un autre compte sans donner son adresse officielle pour les forums, blogs.... ?

Il faut avoir un compte yahoo , pour celà .I

Il suffit ensuite de se connecter sur : https://secure5.trueswitch.com/yahoo-intl/?country=fr&language=fr et de suivre les instructions; c'est rapide et efficace .




Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit


Partager cet article
Repost0

Les mots du gaga.

Publié le par Coquelikosafrane



On me l'a envoyé par mail ce matin !!

 Que de souvenirs au son de ces mots !


 


A

• Abistrogné : (adj.) blessé, déformé

• Ablagé : (adj.) diminué, blessé, en piteux état « Beauseigne, les Verts c’te saison, y z’ont fini bien ablagés !»

• Abonde : dans l’expression faire d’abonde, opulence, caractère copieux « Ils avaient préparé une fricaude, acque des fricassées, ça faisait bien d’abonde »

• Aborgnon : dans l’obscurité, avec un mauvais éclairage « Le Jacky y’ rentrait de la pampille, beauseigne, il a débaroulé dans l’escalier tout aborgnon »

• Abouser : (v pr.) tomber - « il s’est abousé dans le gouillat, il était tout émaselé »

• Acclaper : (v pron. ou intr.), s’effondrer tomber sur soi même « le 11 septembre, quand les deux tours se sont acclapées, Beauseigne ! y’en a du pauvre monde qui a petafiné !»

• Acques : avec

• Affreux : (adj.) fou, merveilleux, incroyable.« C’est affreux c’qu’elle est gentille »

• Airelle : (n.f.) myrtille

• Ambignon : (n.m) nombril

• Apeger: (v.tr.) donner un coup « je te l’ai apegé ce grand galapiat »

• Apette (d’) : partager dans l’expression faire d’apette

• Appincher  : (v.tr.) Epier, espionner quelqu’un « beauseigne, tout le monde l’appinche celui là »

• Applater (s’) : (v. pron.) Tomber, « Il s’est applaté de tout son long »

• Arpions : (n.m.) Orteils

• Artisons : (n.m) petits acariens se développant sur les fromages à croûte fleurie. « Fouilla ! son fromage acques les artisons, il piquait drôlement.»

• À barreau : Fatigué

• A cha peu : petit à petit, l’un après l’autre


B

• Bâ : (n.m) bise (pour les enfants).« Allez Toinou, viens faire un bâ à ton pépé.»

• Babeau : (n.m) Cafard, « Depuis que je suis parti, j’ai le babeau.»

• Babet : (n.m) pomme de pin « Pendant les estrictions, le grand père allait chiner du vin dans la plaine,
beauseigne qu’il était raide, un vrai vin de babet.»

• Babielle : (n.f) femme bavarde, commère « C’est que la femme à Mathevon, c’est une vraie babielle, beauseigne il ferait mieux d’être souriat que l’avoir après toute la sainte journée.»

• Bâchat : (n.m.) Petit point d’eau ou cuvette rustique, auge. « le Lanlu voulait tuer le cochon, pour la fricaude, mais le bestiau, il l’avait estourbi qu’à moitié, il lui est revenu dessus comme un rinoféroce, il l’a basculé dans le bâchat. Ça qui braillait le plus c’était pas le caillon.»

• Badabeu : (n.m) benêt

• Bamborgne : (n.f) Jouet musical « A la vogue, j’ai acheté une bamborgne au coissou, je crois que j’aurais mieux fait de m’abstenir »

• Baronter : (v.intr) radoter, bougonner. « Depuis que le papy est à la Charité, il fait que baronter.» Peut également signifier tonner par temps orageux : « Ça baronte ! »

• Baraban : (n.m) pissenlit « Une salade de baraban acques les lardons déglacés au vinaigre, une rapée, y’a rien de meilleur.»

• Bartassaille : (n.f) ferblanterie, par extension ramassis d’objets métalliques (ex. médailles) « Il fallait les voir pour le 11 novembre, y z’avaient tous sorti la bartassaille !»

• Basseuille : (n.f) Bavard inconsistant

• Batailler : (v. tr.) Peiner

• Baveux : (n.m) tireur à la sarbacane, sport pratiqué dans la Loire et notamment à Saint Etienne

• Bayayet : (n.m) simple, naïf, niais, benêt « Il est resté là, la bouche ouverte, on aurait dit un vrai bayayet !»

• Beauseigne : le pauvre, la pauvre (apitoiement sur une personne)

• Belet : (n.m) terme désignant l’agneau, souvent employé pour exprimer de la tendresse envers un proche

• Benons : (n.m) bassines pour la lessive, par extension lavoir « C’est qu’y faut voir comme ça débigoisait derrière
les benons ! »

• Berchu (adj.) : édenté, notamment en parlant des enfants qui ont perdu leurs dents de lait.

• Bichette : equivalent de Beauseigne

• Biganche : (adj.) difforme, déséquilibré « Depuis qu’il a eu son accident, il est tout biganche beauseigne !»

• Bitognot : (n.m) bouton ou se dit d’une petite maison, d’un appentis (terme péjoratif) “il faut que je déménage, j’habite un vrai bitognot.”

• Boge : (n.f) Sac (sac, cartable, sacoche), au figuré ivresse.

• Boit d’bout : (n.m) Buvette « Il est resté au boit d’bout jusqu’à point d’heure, il tenait une de ces boges !»

• Boutasse : (n.f) mare, trou d’eau, flaque d’eau boueuse (voir Gouillat)

• Bouyou : (n.m) Veau

• Brave : (adj.) gentil, généreux, dévoué « Le Toine, y’a pas plus brave, beauseigne i’se mettrait en quatre pour aider son prochain !». Parfois diminué, affectueusement en bravounet.

• Broger : (v. intr.) penser, méditer, être taciturne. Par extension : broyer du noir.« A force de broger, on finit par prendre le babaud (babeau)! »


C

• Cacasson (à) : accroupis

• Cafi (être) : (adj.) ne s’utilise qu’à la voie passive, plein de, rempli de « Devait y’avoir un grossium en visite, la grand’ rue était cafie de policiers !»

• Cafuron : (n.m) Lucarne, petite fenêtre

• Caille (fém.), caillon (masc.) : (n) au propre truie ou verrat, au figuré surnom affectif ou injure.

• Caillé (adj.) : saoûl

• Caisse : (n.f) Arrêt maladie

• Camphrer (v.tr.) : tabasser, « C’est que, les garagnats qui l’ont camphré à la vogue ils z’y sont pas allé de main morte, il lui ont drôlement mis pour les vers » et à la forme intr. avoir un accident de voiture « Acque ces nouveau feux rouges à Chavanelle, ça arrête pas de camphrer, sur que les assureurs et les carrossiers doivent faire bien d’abonde ! »

• Canon : (n.m) coup à boire

• Canit : (n.m) Bistrot, Café

• Carcameler : (v. intr.) tousser par quintes « Beauseigne, il me fait batailler à carcameler comme ça !»

• Carotte rouge : (n.f) betterave « elle m’avait mis un plein de saint pierre de salade de carottes rouges et de patates, c’est pas mauvais mais ça coufle ! »

• Catole : (n.f) Tache comportant de la substance (par exemple sur les vêtements après le repas) « Il est toujours après manger ses sandwichs au dessus de son ouvrage, pas étonnant qu’on y retrouve plein de catoles »

• Cempote : (n.f) tonnelet d’une contenance approximative de 110 litres.

• Chaudron : (n.m) terme désignant le stade Geoffroy Guichard

• Coissou : (n.m) le petit, le plus jeune enfant de la famille

• Consulte : (n.f) Ordonnance

• Courater : (v. intr.) Courir les filles

• Corniaule, Corniaulon : (n) Gorge, Cou « C’est qu’il s’en enfilait dans le corniaulon, et pas d’la limonade.»

• Coufle : (adj.) Repu « je dois dire qu’après la troisième rapée et le sarrasson j’étais franc coufle !»

• Coursière : (n.f) Généralement un sentier qui offre un raccourci « J’la retiens la coursière à Mathevon, deux heures qu’on a mis à slalomer entre les merdes de chiens ! »

• Crassier : (n.m) terril « Je te dis que ces garagnats sont aller jouer sur le crassier à Michon, pas étonnant qu’ils soyent tout machurés »

• Crézieu : (n.m) lampe d’éclairage à feu nu, utilisée par les mineurs avant la mise au point des lampes de sécurité à feu couvert. Par extension lampes ou éclairage de faible efficacité. « Fouilla, c’était tout aborgnon là-dedans, on aurait autant fait de s’éclairer acque un crézieu !»

• Cuchon, cuchonner : (v. tr.) tas désordonné, entasser sans ménagement « Kevin ! j’t'ai déjà dis de pas cuchonner tes vêtements comme ça au fond du lit !»

• Cule : alcoolique (littéralement celui qui reste le dernier au bar)


D

• Débarouler : (v. tr) dégringoler, descendre très vite ou tomber en roulant — « il a débaroulé les escaliers, il a la tête abistronnée et les genoux écorpelés »

• Débeloise : (n.f) cafetière

• Débigoiser : (v. tr) médire, rapporter des ragots « Fouilla ! çui-là, c’est jamais le dernier à débigoiser !»

• Dégobiller (v. tr): vomir

• Dépenaillé : (adj.) se dit d’une personne dont les vêtements sont en désordre : « Mais rentre ta chemise dans ton pantalon que t’es tout depenaillé comme ça ! »

• Déprofiter : (v. tr) Gaspiller, « Faudrait pas que ça déprofite ! »

• De Traviole : Etre de travers

• Dedzeu ! : ou nom de dzeu ! juron, forme atténuée de Nom de Dieu !

• Des fois : par hasard. « Vous sereiez pas la nièce au piozou des fois ? »


E

• Ébarioles: (n.f) avoir le tournis, voir des étoiles, «J’me suis levé du lit, j’avais les ébarioles.»

• Ébouillé : (adj.) déformé, par l’usure, le temps, la vieillesse « Plus jeune, la Suzie c’était une vraie beauté,
maintenant, beauseigne, elle est toute ébouillée.»

• Ébravager  : (v. tr) Effaroucher

• Écorpelé : (adj.) écorché, ensanglanté

• Égrointer : (v. tr) littéralement enlever le groin, abîmer l’extremité, l’angle ou l’arète d’un objet « J’ai échappé la débeloise, ça m’a égrointé deux carreaux de l’évier.»

• Équeville : (n.f) détritus, miettes, pelures - « Ramasses donc tes équevilles ! »

• Émaseler : (v. pron.) se blesser, se faire mal - « Fouilla ! Il s’est tout émaselé, beausseigne »

• Encabouler : (v. pron.) se casser la figure - “Je me suis encaboulé dans le tapis!”


F

• Faramelan : (n.f) prétentieux, vantard « Acques sa nouvelle voiture, le Lanlu y’ fait son faramelan !»

• Flique : dans l’expression « ça m’fait flique » : « ça m’ennuie, ça m’énerve » (ne s’utilise pas seul)

• Fouilla ! : interjection marquant la surprise, l’étonnement, « ho là là »

• Franc : très, beaucoup, vraiment, « Il est franc tabazut c’matru ! »

• Fréquenter : (v. intr) flirter « C’est que le Toine, il est grand main’nant, il fréquente !»

• Frézille : (n.f) copeaux de bois utilisés pour l’emballage ou résultant de l’usinage des pièces de métal. « le Toine quand il était jeune, il avait des cheveux comme de la frézille, maintenant, beauseigne, il est vite peigné !»

• Fricaude : (n.f) Assortiment d’abats frais, constitué après l’abattage du cochon. Considéré comme un mets de choix.


G

• Gabelou : anciennement employé de l’octroi chargé de collecter la gabelle sur le sel, de façon plus moderne
douanier, « bayayet comme il est, j’comprends pas qui soye été gabelou. »

• Gaga : (n.m) désigne le parler stéphanois ainsi que les stéphanois

• Galandage : cloison intérieure dans une maison, un appartement

• Galapiat : (n.m) garnement, qui traîne les rues, se dit également affectueusement pour les enfants si ceux-ci font quelques bétises.

• Gambelle : (n.f) fille ou femme légère « C’est que la Lison, c’était une saprée gambelle, toujours à minater après l’un après l’autre.»

• Gandolle, Gandot : (n) sac à casse-croute, par extension boite en fer blanc: « Les mineurs emmenaient leur portion dans le gandot »

• Gandou : (n.m) éboueur

• Gandouse : (n.f) poubelle, décharge publique

• Garagna : (n.m) enfant chahuteur

• Gargouillou : (n.m) mare, petit point d’eau, par métonymie tétards.

• Gâté : (n.m) câlin

• Godivot : (n.m) saucisse, chipolata

• Gôgne : (n.f) bosse, renflement « Il était allé se faire tirer une dent de sagesse, il a eu la gôgne pendant 15 jours !»

• Gongonner : (v. intr) ronchonner, marmonner. « Le pépé, il est toujours à gongonner, qu’on sait jamais çà qui lui passe par la tête. »

• Gorgeron : (n.m) lard gras

• Gouillat : (n.m) mare, trou d’eau, flaque d’eau boueuse (voir boutasse)

• Grossium : (n.m) personnages important, VIP, grosse légume « Vois tu moi les dans la tribune des grossium, à faire la Ola !»

• Gueniller : (v. intr) peiner (voir batailler). « Les Verts, beauseigne, y m’ont fait batailler à gueniller comme ça toute la saison pour le maintien.»




Jarjille : (n.f) se dit de quelqu’un de taquin, d’un enfant qui a la “bougeotte”


L

• Lermuze : (n.f) lézard « Vois tu moi les sur la plage ! acclabousés comme des lermuzes au soleil !»

• Lourde : (n.f) avoir la lourde signifie avoir le tournis, ne plus voir stable, avoir les idées embrouillées, être fatigué.
Au figuré, mettre la lourde signifie embêter, assaillir une personne, jusqu’à l’embrouiller dans ses pensées. « C’te
babielle m’avait mis la lourde !»


M

• Machurer : (v.tr) maculer, salir - « il s’était tout machuré »

• Mani : (n.m) hanneton « Le coissou s’est fait attraper par l’instit’ a amener des manis en classe, ça a bardé »

• Maronner : (v. intr) pester, maugréer - « il était encore tout machuré ; ça m’a fait maronner ! »

• Marpailler: (v. tr) tripoter, ou caresser vigoureusement. « C’était le début qu’ils fréquentaient, tu les aurais vus se
marpailler !»

• Matru : (n.m) enfant, (adj.) petit - « viens là, l’matru. »

• Matrue : (n.f) fille, mère (péjoratif)

• Milachien : juron, personne vulgaire sans éducation (voir aussi miladzeu)

• Miladzeu : initialement juron (mille dieux !) par extension personne vulgaire sans éducation, utilisant ce juron « C’est des vrais Miladzeux, je te dis toujours à pitancher !»

• Minarat : (n.m) mineur

• Minater : (v.int) flirter, avoir un comportement calin. « Quand j’lai vu minater, comme ça, je me suis dit, fouilla, il doit avoir quelque chose à se faire pardonner, lui qui est tant jarjille d’habitude. »

• Moments :(n.m) dans l’expression des moments équivalant à si, si jamais, au cas où : « Des moments qu’y viendrait, dis-lui que je suis allé voir le papy à l’hospice. »

• Mouillancher : (v. intr.) pleuvoir légèrement.


P

• Pampille : (n.f) la fête.

• Patère : (n.m) chiffonnier ambulant, utilisé autrefois comme image de croquemitaine. « Ecoute piozou, si tu veux pas manger ta soupe, demain je te donne au patère.»

• Pège, Pégole : (n.f) proprement la poix, par extension toute matière collante, en dérive l’adjectif pégoleux. « Le coissou avait mis les doigts dans la confiture, y’ z’étaient tout pégoleux !»

• Petafiner : (v.tr) abimer, casser, détruire, gâcher, mettre quelque chose dans un état lamentable « Une auto toute neuve ! Il est allé se la petafiner sur un platane » ;(intransitif) mourir « Plutôt que de se rendre Bonnie et Clyde, y z’ont mieux aimé petafiner ensemble ! ».

• Peton (n.f/adj.f): chipie, peste, faiseuse de ragots. « La manière qu’elle est peton la Marie ! Elle te caresse le dos par devant, et elle te crache à la figure par derrière »

• Pichornier ou pichorgner: (v.tr) faire le nez, refuser spécialement en parlant de la nourriture.

• Pillou : (n.m) petit enfant, poussin.

• Piozou : (n.m) petit enfant, terme affectueux.

• Pirourou : (n.m) rémouleur.

• Pitanche : (n.m) clochard ou ivrogne.

• Pitancher : (v.intr) boire de l’alcool sans modération. « C’est qu’un verrier de Saint Rambert, ça pitanche mieux qu’un minarat !».

• Piquer’lle : (n.f) humeure sèche au coin des yeux, en général utilisé au pluriel.

• Pitrogner : (v.tr) Toucher/tripoter avec des doigts sales

• Plier : (v.tr) Emballer, « Ce saccaraut me l’avait plié comme ça dans du papier journal, sans mettre de la frézille, tu penses si ça a été petafiné en moins de deux »

• Portion : (n.f) casse-croûte, goûter par extension repas rapide.

• Poutrasse : (n.f) femme trop maquillée, poupée.

• Poutringuer (se) : (v. pron.) se maquiller avec excès.


Q

• …que : en fin de phrase sert à souligner :
o la continuité de l’action, sa fréquence « Il a un de ces babeaux, il pleure que ! »
o son caractère récent équivalant alors à venir juste de, à l’instant « Vois-tu moi le ct’affaire qu’arrive que ! », « j’arrive que » ou « Essaie rien que ! »

• Quinarelle : (n.f) moulin à musique, jouet bruyant ou bien ce dit d’une personne qui n’arrête pas de pleurer, de se plaindre « Depuis ce matin, il est après sa quinarelle, je crois que je vais faire un malheur, avant d’être souriat !»


R

• Racine : (n.f) carotte

• Râpée : (n.f) galette de pommes de terre râpées, liées à l’œuf et poêlées, servies en plat de résistance ou en accompagnement.

• Rapetasser (v.tr): raccommoder, coudre sans grande délicatesse et si possible rapidement. «Je suis après lui rapetasser son pantalon, que sinon il irait courir le derrière à l’air»

• Rapetaret : (n.m) de petite taille, court sur patte. « En politique, y’en a ben des rapetarets, faramelans comme les grands ! »

• Reloge : (n.f) horloge.

• Regarder: (v.tr) économiser d’une manière avaricieuse. L’action de regarder est le contraire de la générosité « Tu vas pas nous regarder le canon, ménan (maintenant)! Allez, remets nous-en un autre !»

• Remettre : (v.tr) reconnaître (quelqu’un)« Vous me remettez pas ? Je suis la fille à Lulu qui est le beau frère du piozou. Ah, ça y est ? Vous me remettez ?»

• Roupiane : (n.f) robe de mauvaise facture, fripe, parfois avec la nuance de voyant, de mauvais goût. Le participe passé adjectival enroupiané équivaut à mal habillée de façon voyante. « Une sapré gambelle celle-là, toujours avec des roupianes pas possib’ ! »


S

• Sainté : Saint-Étienne

• Saccaraud (n.m): personne brusque, traitant les objets sans ménagement « Le Toine, c’est un sapré saccaraud, petit déjà ses jouets étaient petafinés dès le jour de l’an »

• Sampiane ou Sampe (n.f): femme négligée ou ménagère ne tenant pas son intérieur propre.

• Sapré(e) (adj.): équivalent de l’ampliatif sacré(e) « Sapré bon dieu ! t’as encore petafiné ton vélo !»

• Sarce (n.f): fille

• Sarasson (n.m): sorte de fromage frais, tiré du babeurre, par extension sa préparation relevée (sel, poivre, pourettes, vinaigre)

• Sarssouiller ou Sassouiller (v.tr): jouer avec l’eau, trempoter, spécialement en parlant des enfants.

• Souriat (adj.): sourd ou assourdi « Y z’étaient complètement ébravagés là dedans, y z’avaient mis le pickup à fond, de quoi se rendre complètement souriat »

• Sampiller (v.tr): froisser, abîmer. Synonyme de “petafiner”. “Marcel, fais attention à pas sampiller tes habits avant d’aller à messe”


T       

• Tabazut (adj.): fou, excité

• Tateminette (n.f. ou adj.): méticuleux jusqu’à la maniaquerie. « Tu devrais essayer de lui faire réparer la reloge, tateminette comme il est y’finirait bien par y arriver »

• Tège (n.f. ou adj.) : se dit pour une grande quantité ou signifie ivre. “J’peux pas finir cette purée, tu m’as mis la tège.”

• Tirer peine (expression verbale): Avoir pitié de « Ça faisait tirer peine de la voir gueniller comme ça. » ou s’inquiéter « A l’idée de rentrer rue Royet, tout aborgnon, la glaudine elle tirait peine »

• Traboule : passage couvert à travers un pâté de maison, faisant communiquer deux rues (également lyonnais)

• Trifouiller (v.tr.) : fouiller (farfouiller) en semant le désordre, ou en abîmant quelque chose. « Qu’essss tu es encore venu trifouiller à la cave ?». « Comment qu’elle m’a trifouillé ma robe de travers, la couturière.»


V

• Veson : (n.m.) ver « Il se tortillait sur sa chaise, on aurait dit un vrai veson.»

• Viron : (n.m.) promenade, tournée. « Du Soleil à Michon, ça fait un sapré viron. »

• Vogue : (n.f.) fête, foire ; la Vogue des noix est une fête foraine qui se déroule à Firminy et qui a lieu à la fin de la récolte des noix.




Publié dans Histoire - Géo .

Partager cet article
Repost0

Expressions tirées du gaga .

Publié le par Coquelikosafrane



On me l'a envoyé par mail ce matin !!

 Que de souvenirs au son de ces mots !




  Expressions tirées du gaga :

• Acheter : accoucher

• Attention ! le lait se sauve !: traduit le fait que le lait en train de bouillir commence à déborder de la casserole et commence à se répandre sur la plaque de cuisson…

• Avoir le goût : avoir envie, étre motivé « j’ai pas l’goût d’aller au ciné, c’soir.»

• Bater : batard

• Beau comme un litre ou comme un lustre : bien habillé « Il était beau comme un litre !»

• Bois-en mieux ! : expression interjective équivalente à Et, allez donc ! ou bien T’aurais tort de te gêner !

• ça mien, ça tien, ça sien : mes affaires à moi, tes affaires à toi, ses affaires à lui. Ou encore : Ce qui m’appartient, ce qui t’appartient, ce qui lui appartient (ça notre, ça votre, ça leur).« Moi je dis : chacun ça sien, et tout le monde sont content»( emploi spécifique du verbe être avec tout le monde)

• C’t'affaire : cette histoire, ce truc, ce mec ; s’emploie fréquemment avec de nombreuses nuances « Ben, dis donc, c’t'affaire !» équivaut à « Quelle histoire !» ; « Pour qui il s’prend c’t'affaire ?», « Tu m’bouges c’t'affaire d’là ! » etc.

• Claque-dent : qui raconte des balivernes « Si tu te mets à croire un claque-dent comme lui, on est bien propre !»

• Coup de gandot ou avoir reçu un coup sur le gandot : Être un peu fou

• Échapper : lâcher accidentellement, laisser tomber « J’l'ai échappé et il s’est cassé.»

• Être en caisse : être en arrêt maladie ou en arrêt de travail, en référence à la caisse d’assurance maladie (dans d’autres endroits de France, signifie « être en voiture ») ;

• Être passé sous l’tram’ : revenir de chez le coiffeur, généralement capillairement bien allégé(e).

• Être picassé de merde jaune : avoir des taches de rousseur

• Être tout mouillé de chaud. : être en sueur, transpirer abondamment.

• Être tout trempe : être mouillé (pluie ou sueur)

• Être fermé dehors : se retrouver devant une porte fermée, sans pouvoir entrer.

• Eu : passé composé du verbe avoir utilisé pour construire un passé surcomposé, afin notamment de marquer une antériorité plus importante. Ainsi « on l’a eu fait », équivalent de l’imparfait de l’indicatif équivaut à « on le faisait [autrefois] », également proche en terme de nuance de l’anglais we used to do it, « on le faisait [mais on ne le fait plus]. »

• Faire une tournée de bile : Avoir malaise digestif, qu’il s’agisse du foie de l’estomac ou de l’intestin.

• Faire pitou : s’agissant des enfants, être anormalement actif de façon dérangeante, en particulier la nuit en se réveillant. « Ils ont fait pitou toute la nuit, tu va voir demain s’ils en auront pas des piquerles !»

• Fiol : complètement saoul - qui a bu un verre (ces deux traductions sont équivalentes a SaintÉ)

• Fouilla, c’te matrue ! : Quelle jolie fille !

• Guenille : un rien « il a que des guenilles » signifiant il n’a rien

• Huit jours sous une benne ! : par référence à la situation d’un mineur coincé au fond sous une benne à charbon
après un accident, représente l’image d’une situation difficile par rapport à laquelle on ne doit pas faire la fine bouche. « Il pichorgne que c’est pas possible, huit jours sous une benne ! voui, ça lui ferait du bien.» Variante : Quinze jours sous une benne.

• La : article souvent mis avant un prénom pour désigner quelqu’un de connu par les interlocuteurs participant à la conversation « La Manue, elle a camphré la voiture d’vant chez l’Albert »

• Manger les barabans par la racine : Être mort

• Mieux : plus « C’est mieux cher à Auchan qu’à Casino.», « Elle est bonne, c’te rapée. R’mets-m’en mieux.»

• Ne pas attacher les chiens avec des saucisses : vendre un produit très cher, ne pas y aller avec le dos de la cuillère « Chez Untel, c’est bien bon, mais alors il attache pas les chiens avec des saucisses » (Forez).Honoré de Balzac cite déjà cette expression dans :Un début dans la vie. Il en fait un jeu de mot : « Ces gaillards qui n’attachent pas leurs chiens avec des Cent-Suisses.»[2]

• Pendant l’temps d’midi : entre midi et deux

• Plein Saint pierre (un) : une grande quantité, par référence à la pêche miraculeuse de Tibériade dans la Bible.

• Plier : emballer, faire un paquet « J’ai dit à la vendeuse qu’c'était pour offrir, mais elle m’a plié l’livre n’importe comment ! »

• Point d’heure : excessivement tard « Il a bu des canons et il est rentré à point d’heure»

• Quand on t’invite, faut pas pichornier : ne jamais refuser une invitation (pour les bars)

• Qu’esss tu dis ? : comment çà va. Façon de saluer un nouvel arrivant au bistrot. « Qu’esss tu dis Jackie ?»

• S’oublier : se réveiller en retard (et non s’être uriné dessus comme dans d’autres régions de France)

• Se retrouver à la Talau: se retrouver en prison (la maison d’arrêt de Saint-Etienne étant située à La Talaudière, l’expression parle d’elle même)

• Se tirer un nerf : toute douleur due à un effort musculaire ou même à un rhumatisme. «En ramassant les barabans, je me suis tiré un nerf dans le dos, tellement ça fait mal qu’après j’ai fait une tournée de bile »

• Tombée sur une pointe rouillée : enceinte

• Toute la sainte journée : à longueur de temps

• Vois-tu moi le … : Attirer l’attention de quelqu’un sur autrui, se dit aussi pour saluer quelqu’un au détour d’une rue
 



Publié dans Histoire - Géo .

Partager cet article
Repost0

Ex fan des années 80 ....

Publié le par Coquelikosafrane






 





 





 









 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>