Blagues.

Publié le par Coquelikosafrane

Toto, 12 bouteilles de vins à 6 dollars, combien ça fait ?

- A la maison, ça fait 3 jours m'dame. 


Un jour, je sors du restaurant et j'aperçois un policier qui rédige une contravention.
Je m'approche et lui dis :
- Je ne suis resté que cinq minutes chez le boulanger. Ne pouvez-vous pas annuler cette contravention?
Il m'ignore superbement et continue à écrire.
- Espèce d'emmerdeur, ne puis-je m'empêcher de lui dire.
Et voilà qu'il dresse une autre contravention pour absence de plaque réfléchissante à l'avant du véhicule.
Mon sang ne fait qu'un tour et je l'engueule copieusement :
- Ostie de raté, sous-produit de débile, maudit chien, impuissant, analphabète, hémorroïde hypertrophiée et j'en passe!
Ah, là, j'ai bien utilisé toutes les richesses de mon vocabulaire. Cela continue encore un quart d'heure, et le flic, sans sourciller, accumule les contraventions sous l'essuie-glace.
Je constate que tout cela ne nous mène à rien et je jette l'éponge.
Alors, suite au départ de l'agent, je marche tranquillement vers ma voiture, garée deux rues plus loin, laissant le plaisir à mon patron de découvrir sa voiture en sortant du restaurant... Un jour, je sors du restaurant et j'aperçois un policier qui rédige une contravention.
Je m'approche et lui dis :
- Je ne suis resté que cinq minutes chez le boulanger. Ne pouvez-vous pas annuler cette contravention?
Il m'ignore superbement et continue à écrire.
- Espèce d'emmerdeur, ne puis-je m'empêcher de lui dire.
Et voilà qu'il dresse une autre contravention pour absence de plaque réfléchissante à l'avant du véhicule.
Mon sang ne fait qu'un tour et je l'engueule copieusement :
- Ostie de raté, sous-produit de débile, maudit chien, impuissant, analphabète, hémorroïde hypertrophiée et j'en passe!
Ah, là, j'ai bien utilisé toutes les richesses de mon vocabulaire. Cela continue encore un quart d'heure, et le flic, sans sourciller, accumule les contraventions sous l'essuie-glace.
Je constate que tout cela ne nous mène à rien et je jette l'éponge.
Alors, suite au départ de l'agent, je marche tranquillement vers ma voiture, garée deux rues plus loin, laissant le plaisir à mon patron de découvrir sa voiture en sortant du restaurant...
 


Deux copains se rencontrent un après-midi.
- Salut Robert ! Tu ne travailles donc plus ?
- Non, mon patron ne m'a gardé que deux jours.
- C'est pas de chance !
- Ce n'est rien, il va bientôt me reprendre…
- Quand ça ?
- En août sans doute… Le patron m'a dit en me renvoyant : "Vous, quand je vous reprendrai, il fera chaud. "

Publié dans Blagues & Cie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article