Le café .

Publié le par Coquelikosafrane




Il e
st une liqueur, au poète plus chère,

Q
ui manquait à Virgile, et qu’adorait Voltaire ;

C’est t
oi, divin café, dont l’aimable liqueur

Sans al
térer la tête épanouit le cœur.

Aussi,
quand mon palais est émoussé par l’âge,

Avec
plaisir encor je goûte ton breuvage.

Que j’aime à préparer ton nectar précieux !

Nul n’usurpe chez moi ce soin délicieux.

Sur
le réchaud brûlant moi seul tournant ta graine,

À l’
or de ta couleur fais succéder l’ébène ;

Moi
seul contre la noix, qu’arment ses dents de fer,

Je fa
is, en le broyant, crier ton fruit amer,

Charmé de
ton parfum, c’est moi seul qui dans l’onde

Infuse
à mon foyer ta poussière féconde ;

Qui,
tour à tour calmant, excitant tes bouillons,

Suis d
’un œil attentif tes légers tourbillons.

Enfin, de
ta liqueur lentement reposée,

Dans le vase fumant la lie est déposée ;

Ma c
oupe, ton nectar, le miel américain,

Q
ue du suc des roseaux exprima l’Africain,

Tout est
prêt : du Japon l’émail reçoit tes ondes,

Et seul t
u réunis les tributs des deux mondes.

Vie
ns donc, divin nectar, viens donc, inspire-moi.

Je ne ve
ux qu’un désert, mon Antigone et toi.

À p
eine j’ai senti ta vapeur odorante,

Souda
in de ton climat la chaleur pénétrante

veille tous mes sens ; sans trouble, sans chaos,

Mes pe
nsers plus nombreux accourent à grands flots.

Mon idée é
tait triste, aride, dépouillée ;

Elle rit
, elle sort richement habillée,

Et je cro
is, du génie éprouvant le réveil,

Boire d
ans chaque goutte un rayon de soleil.



J
acques Delille

Publié dans Histoire - Géo .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Un bon café au réveil, hum délicieux.
Répondre
D
J'adore! Bonne et belle fin de semaine! Pascal.
Répondre
J
Salut merci d'etre passer sur mon blog car mon autre Ordi ma lacher et je n'avais plus ton adresse et toute tes super truc pour les blogs merci encore pour tes coms je vais aller faire le tour du tiens bye bye
Répondre